Thursday, March 22, 2007

oummi


lorsque nous grandissons
que nous faisons bien la connaissance de notre mère
elle a déjà vieilli
son éclat s'est fâné
le niveau de son intêret pour sa beauté a baissé
nous la rencontrons alors qu'elle s'en va
lentement
et à jamais
les saisons se transforment
et les orientations aussi
en actes créatifs
l'art vit alors et prospère
lghorayeb
22 mars 2007

19 Comments:

Blogger vanessalala said...

bonsoir,
laure, que veut dire oummi?
ton dessin, le texte qui l'accompagnent, sont très touchants. avec la création va aussi la transmission...
1000 et un baisers

vanessa

11:37 PM  
Blogger laure ghorayeb said...

vanessa
je viens de rentrer sobre,je me suis servie un whisky et me voici ,fidèle ay poste.
oummi
veut dire maman dans le langage villageaois libanais.il signifie ma mère tout court,mais l'employer est du ressort des gens du peuple et des régions à l'intérieur du pays.
je l'aime,il désigne bien ce que je ressens ,chaque fois que je pense à ma oummi.
comment tu vas ce soir?

12:43 AM  
Blogger laure ghorayeb said...

sixtine
tu me manques beaucoup

1:54 PM  
Blogger vanessalala said...

laure,
je comprends mieux l'hommage rendu à ta oummi.
pour mon état: imagine une orange pressée, il ne reste plus que l'écorce et quelques filaments. c'est à peu près ce à quoi je ressemble ce soir. plus de jus, fin de semaine. pas d'inquiétude, le week-end est là!
je ne sais pas quel temps il fait à beyrouth, mais ici nous avons un froid que nous n'avons pas subi de tout l'hiver. j'ai même étrenné l'énorme echarpe que mon frère, en bon parisien habitué aux basses températures, m'a offert à noël. et de toi à moi, je ne suis pas frileuse...
j'espère que tu vas bien.
je t'embrasse.

vanessa.

9:35 PM  
Blogger vanessalala said...

sixtine,
il y a toujours des pensées et des baisers qui traînent pour toi par ici...

9:36 PM  
Blogger LEAABOUROUSSE said...

mesdames, je ne voudrais pas vous alarmer mais je n'ai pas eu de reponse de Sixt a un texto envoye ce jour.. Vanessa, as tu des nouvelles? merci, bises
lea

12:09 AM  
Blogger laure ghorayeb said...

salut vanessa
il fait 24 degrés à l'ombre à beyrouth,c'est le printemps,un peu de nuages blancs se promènent dans le ciel bleu.le soleil vient de faire son apparition et on ne porte plus manteau et tricots.hier il a fait 27 degrés et les gens se plaignaient de la subite montée de la température.aujourd'hui ça va mieux.
repose -toi bien durant ce week-end,le froid n'a jamais fait du mal à personne.
hier j'ai assisté au vernissage des oeuvres d'un peintre russe vadim korniloff q'on ne connait ni d'adam ni d'eve,c'est une exposition où la femme est réduite à une dimension presque nauséabonde.le monsieur a tellement dénigré le corps féminin qu'il ne restait plus que les squelettes décharnés qui ressemblaient aux victime de la pester au moyen-âge. révulsant et déprimant.je vais écrire maintenant mon article et je souffre .
à plus tard
laure

11:06 AM  
Blogger laure ghorayeb said...

sixtine
secoue-toi et reviens à tes amies.nous sommes là,à l'écoute par commentaire ou par e-mail.
grosses bises
laure

11:07 AM  
Blogger laure ghorayeb said...

léa
tu restes jusqu'à quand à beyrouth?j'ai besoin de te charger de quelques besognes.
bonne journée
laure
ps
ne t'affole pas pour sixtine,elle est assez grande pour savoir ce qu'elle fait.elle va nous revenir.
laure

11:09 AM  
Blogger laure ghorayeb said...

fay
as-tu lu le poème de oummi?

11:09 AM  
Blogger LEAABOUROUSSE said...

laure, je l'ai lu moi ton beau poeme. il m'a fait mal tu sais, parce qu'entre ma mere et moi, c'est la rupture definitive. Je ne peux plus la voir en peinture. c'est triste a dire, mais c'est la realite. ma grand-mere a ete ma mere et elle part bientot, je le sens. je vais lui dire combien je l'aime avant, c'est deja ca.

j'arrive le 8 avril et repars le 15 ou le 16. Je suis bien sur a ta disposition.

bisous

1:38 PM  
Blogger Ibn Bint Jbeil said...

kalamuki jamil (bil3arabi).

ana akool anna laysa minal-daroora ann baha2oha yathbol, aw la tahtam bi jamaliha, bal tahtam bi jamal akhar, laysa khariji, wa baha2ooha ya2ti min noor ghamid yasho3oo min qalbiha.

3:05 PM  
Blogger vanessalala said...

bonjour les filles,
rien de tel que de dormir et de jeter tout ce qui est suceptible de comptabiliser le temps pour retrouver le sourire!
lea, je pense que sixtine a juste besoin d'un peu de solitude. ça arrive..
je pars faire la fête sur marseille, ça va me détendre. laure, je t'adresse une pensée pleine de courage pour ton article sur l'expo de m.... dont tu viens de nous parler. au plus vite tu l'auras "torché", au plus tôt tu pourras évacuer son souvenir!
gros bisous

vanessa

4:28 PM  
Blogger Magi said...

"oummi"
Un trés bel hommage aux mères, ce que vous dites Laure est tellement vrai. Malheureusement pour moi il m'a fallu être loin d'elle pour réaliser à quel point elle peut être belle, et à quelle vitesse elle peut vieillir.
Chaque jour que Dieu fait me fait réaliser et prendre conscience combien ma mère est présente dans chacun de mes regards, chacun de mes gestes, chacune de mes réflexions. Et il en est de même pour mon père, et c'est là que je réalise pleinement le poids de leur éducation et de tous leurs efforts et sacrifices. J'ai hâte de les revoir.
Salutations à toutes, prenez soin de vous.

Magi

6:15 PM  
Blogger laure ghorayeb said...

bonjour magi
prends bien soin d'elle,c'est une icône à garder contre son coeur
laure

6:55 PM  
Blogger laure ghorayeb said...

léa
si jamais j'ai besoin de quelques chose ,je demanderais à mazen de te le communiquer.
profite de ton week-end et ne t'inquiète pas pour sixtine,elle sait que nous l'attendons au moment où elle décidera de sortir de sa solitude.
bisous
laure

6:58 PM  
Blogger laure ghorayeb said...

ibn bint jbeil
اهلا بك
الكلام الذي يصف كل ام هو ما نقوله في داخلنا كل مرة نحتاج الى عناقها وقبلاتها وحمايتها
انها ايقونة الحياة

7:00 PM  
Blogger Fay said...

Ne sommes nous tous sur le point de départ?!
Mama/oummi/immi, la douceur de la vie qui nous a bercé quand on était le plus vulnérable...
Laure, ton poème est bien touchant et ton dessin aussi.
Les occupations de la vie ordinaire prennent le dessus. Même si ca nous éloigne physiquement des personnes qui nous sommes chères, l'intimité, si elle a existé auparavent, reste bien au delà des dimensions touchables.
Bonnes journée à toutes et à tous

PS Une bonne pensée à Sixtine, ton humour et tes histoires nous manquent terriblement...

10:47 PM  
Blogger vadim korniloff said...

à Laure Gohorayeb...

Je viens de découvrir votre blog, et étant cité, je voudrais juste vous éclairer...vous..journaliste-critique du Liban!!:

Ma démarche artistique…


J’aimerais résumer mon travail par cette simple explication :
« Ma démarche est pour commencer très personnelle…et pour terminer, le restera ! »
Tant il m’est difficile de mettre en mot ce que je couche sur mes toiles. Il n’y a pas de buts, de messages mais l’unique volonté de mettre en forme et en fond, non pas un instant précis dans le temps d’une expression ou d’un sentiment, mais une période d’une tranche de vie, d’une « rupture » longue dans le temps. A travers mon travail, j’essaie donc de délivrer non pas un sentiment mais des émotions.
La distorsion de mes sujets reflète les cicatrices indélébiles qui sont enfouies dans chacun des êtres. C’est dans leur chair, leur posture, leur regard…sans mise en scène, sans artifice que mes sujets nous livrent leur fragilité, leur vulnérabilité.
De plus, ma volonté n’est pas de peindre des femmes, mais ces dernières représentent pour moi une symbolique plus appropriée au sens même des « cassures », qui résultent le plus souvent de la bêtise, bestiale et primaire, des hommes.
Pour conclure, mes femmes, sont belles, très belles, car elles sont enfouies dans une sensibilité qui tend à disparaitre dans le conscient collectif, et le spectateur qui ferait une interprétation purement esthétique, du moins selon ses critères formatés et dictés, et bien qu’il passe son chemin, pour lui il est trop tard…



Vadim KORNILOFF

2:19 PM  

Post a Comment

<< Home